La divinité de Jésus est un vaste sujet. Plutôt que de rentrer dans des débats sans fin sur des mots et des versets, prenons un peu de hauteur et raisonnons sur quelques notions simples.

La Bible regorge de versets affirmant la divinité du Fils. Tous ces versets forment une mosaïque nous permettant de percevoir la véritable nature du Christ. Malheureusement, les détracteurs de cette divinité (comme certains défenseurs d'ailleurs) mettent un point d'honneur à prendre chacun de ces versets, un par un, et à défendre leur point de vue en se lançant dans de longues tirades émaillées de langues anciennes et de citations de tel ou tel bibliste ou "expert". Malheureusement cela ne fait que nous éloigner de la Bible, en ayant l'oeil collé au microscope au lieu d'admirer le texte dans sa globalité. Surtout, cela nous éloigne d'une lecture naturelle de celle-ci.

Il est vrai que certains passages peuvent être interprétés de différentes façons et les "experts" en question ne sont d'aucune aide tant ils se contredisent. Je ne tomberai donc pas dans ce travers ici. Mon but est simplement de vous montrer des évidences qui, je l'espère, vous aiderons à y voir plus clair sur le sujet de la divinité du Fils. Pour information vous trouverez en bas de l'article une liste (non exhaustive) de versets à considérer.

De combien de versets a-t-on besoin pour prouver que Jésus est Dieu ?

A partir de combien de versets affirmant que Jésus est Dieu peut-on considérer que Jésus est Dieu ? Question étrange me direz-vous. Pourtant, beaucoup pensent qu'en réduisant, par des moyens plus ou moins subtils, le nombre de versets affirmant la divinité de Jésus, on peut d'autant la diminuer. Mais quand bien même ne resterait-il qu'un seul verset déclarant que Jésus est Dieu, serait-ce une raison pour le réfuter ? Heureusement ce n'est pas le cas. Dans un précédent article, nous avons vu que de très gros indices se cachent dans l'Ancien Testament concernant la nature de Jésus et de sa relation avec son Père. Le reste de la Bible n'est pas non plus avare d'informations à ce sujet.

Je me contenterai de citer deux textes affirmant que Jésus est Dieu. Ces deux textes (ou leur traduction) ont l'avantage de n'être contestés par personne :

Car un enfant nous est né, un fils nous a été donné ; et la domination princière sera sur son épaule. Et on l’appellera du nom de Conseiller merveilleux, Dieu fort, Père éternel, Prince de paix. - Isaïe 9:6
Eh bien, huit jours plus tard, ses disciples étaient de nouveau à l’intérieur, et Thomas avec eux. Jésus vint, alors que les portes étaient verrouillées, et il se tint au milieu d’eux et dit : “ Paix à vous. ” Puis il dit à Thomas : “ Mets ton doigt ici, et vois mes mains, et prends ta main et enfonce-la dans mon côté ; et cesse d’être incrédule, mais mets-toi à croire. ” En réponse Thomas lui dit : “ Mon Seigneur et mon Dieu ! ” - Jean 20:26-28

Voila donc deux versets qui affirment clairement que Jésus est Dieu. A-t-on vraiment besoin de plus pour affirmer que Jésus est Dieu ? Notez également que le passage d'Isaïe dit : "on l'appellera [...] Dieu Fort...". Pourquoi donc certains veulent-ils aller contre la Bible en s'obstinant à ne pas vouloir l'appeler "Dieu (Fort)" ?

Considérez également Colossiens 2:9 :

Car en lui habite corporellement toute la plénitude de la divinité - Colossiens 2:9

"Toute la plénitude de la divinité" ! Comment peut-on être plus Dieu que cela ? (voir l'article En Christ "habite corporellement toute la plénitude de la divinité" (Colossiens 2:9))

Jésus est omniprésent

Dans la Bible, l'omniprésence est une caractéristique que l'on ne retrouve que chez Dieu. En effet, ni les anges, ni les démons ni même Satan ne peuvent être à plusieurs endroits en même temps. Aucune créature de Dieu n'a cette faculté. C'est le cas également des humains bien entendu. Jésus, comme son Père, a ce pouvoir unique :

là où il n’y a plus de Grec ni de Juif, de circoncision ni d’incirconcision, d’étranger, de Scythe, d’esclave, d’homme libre, mais Christ est toutes choses et en tout. - Colossiens 3:11
Car là où deux ou trois se trouvent rassemblés en mon nom, je suis là au milieu d’eux. ” - Matthieu 18:20
leur enseignant à observer tout ce que je vous ai commandé. Et, voyez, je suis avec vous tous les jours jusqu’à l’achèvement du système de choses. ” - Matthieu 28:20

Comment imaginer cela si Jésus est un ange ?

Comparez avec :

les secrets de son cœur deviennent manifestes, de sorte qu’il tombera sur [sa] face et adorera Dieu, annonçant : “ Dieu est réellement parmi vous. ” - 1 Corinthiens 14:25

Voir aussi : Deutéronome 4:7, Zekaria 8:23 et Isaïe 45:14

Notez que cette caractéristique est également propre au Saint Esprit (voir Romains 8:9, très intéressant). Aucun autre être spirituel n'a cette faculté dans la Bible.

Les chrétiens invoquaient son nom et le priaient

Nous l'avons déjà vu dans un précédent article, il arrivait aux premiers chrétiens de prier Jésus et d'invoquer son nom (Actes 9:14, 21; 22:16; 1 Corinthiens 1:2, 16:22). Réfléchissons un instant : Prier un ange ? Invoquer un ange ? Une créature spirituelle ? Ne serait-ce pas là du spiritisme, de l'idolâtrie ?

Voici la définition que donne le dictionnaire Larousse en ligne pour le verbe "invoquer" :

  • Appeler une puissance surnaturelle à son aide par des prières : Invoquer Dieu, les saints, la Vierge.
  • Solliciter de quelqu'un de plus puissant, par des prières, une aide, l'expression d'un sentiment : Invoquer l'aide de ses alliés.

En tant que croyants, quelle "puissance surnaturelle" doit-on appeler ? Qui doit-on solliciter par des prières si ce n'est Dieu seul ? La Bible nous montre que seul Dieu doit être invoqué, prié. Aucune créature de Dieu, aucun ange n'a droit à ce privilège. Pour un Dieu jaloux, quoi de plus normal (Exode 34:14) ? Si donc les premiers chrétiens invoquaient le nom de Jésus Christ et le priaient, c'est forcément qu'ils le considéraient comme Dieu.

En complément, notez que le verbe "invoquer" et ses dérivés reviennent près de 90 fois dans la Bible, dont 23 fois rien que dans les Psaumes (Psaumes 105:1, 145:18 par exemple). Il n'est jamais associé à un ange, ni à aucune autre créature de Dieu mais toujours à Dieu lui-même. Invoquer Jéhovah et Jésus est même une condition pour être sauvé (Yoël 2:32 et Actes 2:21 pour Jéhovah, Romains 10:13 (voir cet article) et  Actes 4:12 pour Jésus) ! N'est-ce pas révélateur ? Jésus est-il donc Dieu ou un ange ? Si vous êtes Témoin de Jéhovah, vous sentez-vous libre d'invoquer le nom de Jésus comme le faisaient les premiers chrétiens ? Le feriez-vous, par exemple, dans une prière publique ? 

Jésus est adoré

En tant que Dieu jaloux, Dieu se réserve l'exclusivité de tout "hommage" ou acte d'adoration (grec proskuneo). Pourtant, dans la Bible, Jésus n'a jamais refusé un seul de ces hommages, ou acte d'adoration, contrairement aux anges (Révélation 19:9, 10 et 22:9).

Jésus est adoré à de nombreuses reprises dans les Écritures. Malheureusement, la Traduction du Monde Nouveau en élude un certain nombre. Il en reste pourtant deux :

Par exemple, auquel des anges a-t-il jamais dit : “ Tu es mon fils ; moi, aujourd’hui, je suis devenu ton père ” ? Et encore : “ Moi je deviendrai son père, et lui deviendra mon fils ” ? Mais quand il introduit de nouveau son Premier-né dans la terre habitée, il dit : “ Et que tous les anges de Dieu lui rendent hommage ((ou, selon la note, l'adorent)). ” - Hébreux 1:5, 6

Ici Jésus est adoré au même titre que son Père :

Et toutes les créatures qui sont dans le ciel, et sur la terre, et sous la terre, et sur la mer, et toutes les choses qui s’y trouvent, je les ai entendues qui disaient : “ À Celui qui siège sur le trône et à l’Agneau soient la bénédiction, et l’honneur, et la gloire, et la puissance à tout jamais. ” Et les quatre créatures vivantes disaient : “ Amen ! ” et les anciens sont tombés et ont adoré. - Révélation 5:13, 14

A-t-on besoin de modifier la Bible pour prouver la divinité du Christ ?

Les Témoins de Jéhovah ont été obligés d'ajouter des mots dans leur Bible pour réfuter la divinité de Jésus. Pourquoi ? Si la Bible était si claire sur la nature "créée" du Fils, pourquoi ne pas respecter le texte grec tel qu'il nous est parvenu ? Pourquoi en tordre le sens en y ajoutant des mots ? Les dirigeants des Témoins de Jéhovah y trouveraient-ils un intérêt ? Tout étudiant sincère de la Bible doit se poser ces questions. N'oubliez pas que les Témoins de Jéhovah ont commencé à ne plus adorer Jésus en 1954, date de parution de leur propre Bible.

On ne le dira jamais assez : comparez les traductions, utilisez une Bible interlinéaire français-grec ou anglais-grec (plus facile à trouver). Lisez la Bible de façon naturelle, en lisant plusieurs chapitres d'une seule traite pour vous imprégner du texte plutôt que de focaliser sur tel ou tel verset. La Bible s'explique par elle-même, c'est une mosaïque : il faut la considérer dans son ensemble pour en avoir une image la plus exacte possible.

Autre chose : il faut savoir admettre que notre cerveau n'est pas apte à tout comprendre de Dieu. Vouloir essayer de tout rationaliser, de tout rendre "logique" est un piège qu'il faut absolument éviter. C'est le meilleur moyen de nous créer un Dieu différent de ce qu'il est réellement, un Dieu humain en quelque sorte. Acceptons de ne pas tout comprendre ! L'Homme ne comprend déjà pas le fonctionnement de son propre cerveau, comment peut-il comprendre son Créateur ? Dieu est-il encore Dieu si il peut être expliqué et "conçu" par l'Homme ? Dieu peut-il être mis dans une compréhension finie alors qu'il est infini ?

Révélation 22 ou la divinité magnifiée

Lire Révélation chapitre 22 doit être une expérience intéressante pour celui qui croit que Jésus et son Père ne sont pas un seul Dieu. Lisez donc ce chapitre et essayez de répondre aux questions suivantes :

  • Combien y a-t-il de trônes ? Pour combien de personnes ?
  • Qui est celui qui vient ?
  • Qui est l'Alpha et l'Omega ?
  • Qui est celui qui envoie son ange ?
  • Peut-on dire que Jésus est le "Dieu Fort" d'Isaïe 9:6 dans ce chapitre ou est-il un ange ?

En lisant ce dernier livre de la Bible, il est évident que Jésus et son Père ne forment qu'un seul Dieu.

La lettre à Tite prouve sans équivoque que Jésus est Dieu

Dans sa lettre à Tite, l'apôtre Paul attire l'attention sur celui que nous, chrétiens, considérons comme notre Sauveur. Alors qui est notre Sauveur selon Paul ?

  • En 1:3 c'est Dieu ("par ordre de notre Sauveur, Dieu")
  • En 1:4, c'est Jésus-Christ ("Faveur imméritée et paix de la part de Dieu [le] Père et de Christ Jésus notre Sauveur.")
  • En 2:10, c'est Dieu ("afin de parer l’enseignement de notre Sauveur, Dieu, en toutes choses.")
  • En 2:13, en parfaite harmonie avec les textes précédents, Jésus-Christ est appelé Dieu et Sauveur ("tandis que nous attendons l’heureuse espérance et la manifestation glorieuse du grand Dieu et du Sauveur de [nos personnes], Christ Jésus"). Notez que cette traduction, tirée de la Bible des Témoins de Jéhovah, cherche sans grand succès à gommer l'affirmation de Paul par l'adjonction des mots entre crochets qui n'apparaissent pas dans le texte original. La plupart des autres Bibles respectent le texte original en traduisant par "notre grand Dieu et Sauveur, Christ Jésus"). 
  • En 3:4, c'est Dieu qui est Sauveur ("de la part de notre Sauveur, Dieu")
  • En 3:6, c'est à nouveau Christ qui est désigné comme Sauveur ("par Jésus Christ notre Sauveur")

Ainsi, en lisant la lettre à Tite, il n'y a aucun doute possible : on comprend tout à fait que pour Paul (ancien Juif rappelons-le) le Dieu et Sauveur était Jésus-Christ comme il l'affirme clairement au chapitre 2 verset 13.

Alors, cher Témoin de Jéhovah, qui est votre Sauveur personnel (voir Actes 4:11, 12) ?

Jésus est la Parole de Dieu

Nous l'avons vu dans cet article : Jésus est la Parole créatrice de Jéhovah (Jean 1:1-3). Comment cette Parole ne pourrait-elle pas partager son être même, son essence ? Jésus est la personnification de la Parole de Dieu, tout comme l'Esprit Saint est la personnification de sa puissance.

On est ici à des années-lumières de l'ange créé, la première créature de Dieu à qui il aurait "délégué" son travail !

La Trinité : est-ce un gros mot ?

La Trinité peut faire peur, à juste titre. Certains diront que cette doctrine n'est pas biblique, car le mot "trinité" n'apparaît pas dans la Bible. Dans ce cas, oubliez ce mot et remplacez le par : "la doctrine qui essaie de synthétiser le fait que :

  • Il n'y a qu'un seul Dieu*
  • Jéhovah est Dieu
  • Jésus est Dieu (Isaïe 9:6, ...)
  • Le Fils est soumis au Père (Jean 14:28, ...)
  • L'Esprit Saint est Dieu (2 Corinthiens 3:17, Actes 5:3, 4)
  • Ces trois entités sont souvent associées et parfois confondues (Jean 3:34, Matthieu 28:19, 2 Corinthiens 3:17, 13:14, ...)"

La Trinité essaie (bien imparfaitement il est vrai) de faire la synthèse de ces enseignements bibliques. Cette doctrine n'est pas sortie d'un chapeau magique au IVème siècle, elle transparaît déjà dans la Bible. Il faut la considérer comme une synthèse. Avant toute critique, il convient de s'y intéresser et de savoir pourquoi elle a été "mise au point", à quelles problématiques bibliques elle tente de répondre. Éluder le sujet en tordant la Bible, en y ajoutant des mots, ou en s'appuyant sur des traductions volontairement orientées simplifie évidemment le problème, mais est-ce la bonne solution ? Faut-il absolument tout comprendre de Dieu pour l'adorer comme Il nous le demande ?

Voir l'article Wikipedia sur la Trinité.

Voir aussi : "Doit-on croire à la Trinité ?" - La brochure commentée

NOTE :

* Deutéronome 6:4 nous donne un indice intéressant sur Dieu :

Écoute, ô Israël ! Jéhovah notre Dieu est un seul Jéhovah. - Deutéronome 6:4

Le terme “un seul” dans ce verset est la traduction du mot hébreu “echad”, qui veut dire “un”. Il faut toutefois souligner que le “un” exprimé par le mot echad n’est pas un “un” singulier mais plutôt une unité composite.

Ceci se comprend mieux dans les autres utilisations d’echad dans la Bible :

C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et ils deviendront une seule (echad) chair. -Genèse 2:24
Et l’Éternel dit: Voici, ils forment un seul (echad) peuple et ont tous une même langue, … - Genèse 11:6

La Trinité est donc tout à fait envisageable dans ce contexte.

Imparfaites analogies...

Il est toujours risqué de se lancer dans des comparaisons pour expliquer la Trinité. Voici trois analogies qui, je l'espère vous seront utiles. Ces comparaisons valent ce qu'elles valent, n'hésitez pas à me dire si vous en trouvez une meilleure !

  • "La direction" d'une entreprise :
    • Cette direction est composée de plusieurs personnes, disons le PDG, le DG et le DRH. Notez bien qu'il y a une hiérarchie au sein même de cette direction. Ces trois personnes réunies forment donc "la direction" de l'entreprise.
    • Chacune de ces personnes a une volonté propre, mais aussi un rôle et des tâches précises à effectuer. Ces tâches sont dictées par le PDG. 
    • Chacune de ces personnes, individuellement, "est" la direction. Imaginons que l'une d'entre elles envoie un email à tous les employés pour les informer d'une fermeture exceptionnelle. Pour les salariés, l'information provient de "la direction". Pareil dans l'autre sens : si un salarié veut s'adresser à "la direction" pour une raison X ou Y, il peut s'adresser à l'une ou l'autre de ces personnes.

 

  • Les trois flammes :
    • Imaginez trois bougies allumées. Approchez les flammes de ces trois bougies pour qu'elles n'en forment plus qu'une seule. Et voila ! Il y a trois flammes qui n'en forment qu'une seule, et pourtant chacune d'entre elles est la totalité de la flamme.

 

  • "Dieu" vs "l'Homme" :
    • Imaginez qu'il n'y ait que 3 humains dans tout l'Univers. Chacune de ces 3 personnes est bien sûr complètement "humaine".
    • On dirait aussi qu'il n'y a qu'une seule humanité dans l'Univers, humanité qui serait manifestée en ces trois personnes 100% humaines.
    • On peut très bien imaginer que ces trois personnes aient des fonctions et responsabilités différentes, l'une d'entre elles pourrait être chef des deux autres. Cela ne les rendrait pas pour autant moins humaines. D'ailleurs il est intéressant de noter que lorsqu'on parle de l'humanité on parle couramment de '"l'Homme" (avec une majuscule).
    • Un non-humain qui s'adresserait à "l'Homme" s'adresserait en réalité à ces trois personnes, ou à l'une des trois, avec une préférence probable pour le chef dans ce cas (ce qui n'enlève rien à la pleine humanité des deux autres).

J'espère que ces comparaisons imparfaites pourront vous aider à vous approcher de la véritable nature de Dieu. Je reste disponible par email pour toute question, remarque, ou contre-argument.

Quelques versets à lire ou à relire

A titre d'information, voici quelques versets qui font souvent débat (à juste titre ou pas, à vous de juger). Cliquez pour comparer les traductions françaises :

Je vous conseille une bonne traduction interlinéaire pour faire le tri. Malheureusement je n'en connais pas en français mais vous pouvez utiliser celle-ci en anglais. Vous pouvez toujours utiliser Google pour traduire en français si nécessaire.