Quel est le point de vue de la Bible sur l'usage du sang ? En quoi les Témoins de Jéhovah font-ils une mauvaise application des principes bibliques dans leur doctrine sur le sang et les transfusions sanguines ?

La doctrine des Témoins de Jéhovah 

Voici la doctrine actuelle des Témoins de Jéhovah concernant le sang :

Peut-être savez-vous que les Témoins de Jéhovah n’acceptent pas les transfusions sanguines. Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi ? (...) Leur position se fonde sur une loi fondamentale que Dieu a prescrite aux humains. Juste après le déluge, Dieu a donné à Noé et à sa famille la permission de manger de la chair animale. Il leur a imposé cette seule restriction : ne pas manger de sang (Genèse 9:3, 4). Les humains de toutes races étant des descendants de Noé, cette loi s’applique à tous. Elle n’a jamais été abrogée. Plus de huit siècles plus tard, Dieu a réaffirmé la validité de cette loi à la nation d’Israël, expliquant que le sang est sacré, qu’il représente l’âme, c’est-à-dire la vie elle-même (Lévitique 17:14). Plus de 1 500 ans après, les apôtres ont ordonné à tous les chrétiens de ‘ s’abstenir du sang ’. — Actes 15:29. - La Tour de Garde du 01/10/2008, encadré page 31

En quoi cette explication est-elle inexacte ? C'est ce que nous allons voir maintenant.

Ce que Dieu a dit à Noé

Relisons le passage de la Genèse :

Tout animal qui se meut [et] qui est vivant pourra vous servir de nourriture. Comme pour la végétation verte, oui je vous donne tout cela. Seulement la chair avec son âme — son sang — vous ne devez pas la manger. - Genèse 9:3, 4

Ce commandement concerne le respect de la vie de l'animal lors de sa mise à mort. Ce verset n'interdit clairement pas de consommer le sang mais de manger de la viande non saignée ("la chair avec son sang, vous ne devez pas la manger"). Les mots employés dans le texte hébreu impliquent que la chair de l'animal de devait pas être arrachée de lui tant qu'il était encore vivant. Lors de sa mise à mort l'animal devait donc être saigné avant d'être consommé, en signe de respect pour la vie ("son âme").

Les Témoins utilisent ce verset pour montrer que la transfusion sanguine est interdite par Dieu. Ce faisant, ils l'extrapolent et l'appliquent à la consommation de sang humain, en supposant que la transfusion est identique à la consommation alimentaire de sang humain. Il faudrait aussi supposer qu'accepter une transfusion revient à prendre une vie sans la respecter ce qui est absurde, personne ne perdant sa vie lorsqu'il donne son sang. Comme nous l'avons vu cela ne correspond pas à que Dieu a demandé à Noé.

Pour montrer que le commandement donné à Noé concernait le rite d'abattage d'un animal et non l'interdiction de la consommation de son sang, nous pouvons lire en Deutéronome 14:21 :

Vous ne devez manger aucun corps [déjà] mort. Tu peux le donner au résident étranger qui est dans tes portes, et il devra le manger ; ou bien on peut le vendre à un étranger, car tu es un peuple saint pour Jéhovah ton Dieu. - Deutéronome 14:21

Ainsi, les Israëlites étaient autorisés à vendre des animaux non saignés comme nourriture pour les "étrangers" ou les "résidents étrangers". Pourtant, même si ils n'étaient pas soumis à la loi mosaïque les résidents étrangers étaient toujours soumis à la loi donnée à Noé. Cela démontre que le commandement donné à Noé n'avait pas pour but d'interdire complètement la consommation de sang mais concernait le rite de mise à mort d'un animal par un homme pour sa consommation personnelle.

La loi mosaïque

La loi mosaïque était composée de plus de 600 lois données à la nation d'Israël, s'ajoutant ainsi aux lois donnés à Noé. Pour la première fois une loi était donnée interdisant la consommation de sang, sous peine de mort :

Quant à tout homme de la maison d’Israël ou à tout résident étranger qui réside comme étranger au milieu de vous, qui mange n’importe quelle sorte de sang, oui je tournerai ma face contre l’âme qui mange le sang et je la retrancherai bel et bien du milieu de son peuple. - Lévitique 17:10

Mais là encore, ce commandement était lié au rite d'abattage d'un animal tué dans le but de le consommer (voir le contexte lié aux animaux sacrifiés). Pour preuve nous lisons un peu plus loin :

Quant à toute âme, que ce soit un indigène ou un résident étranger, qui mange un corps [déjà] mort ou un animal déchiré par une bête sauvage, celle-là devra alors laver ses vêtements, se baigner dans l’eau et être impure jusqu’au soir ; et elle devra être pure. - Lévitique 17:15

Si un animal était déjà mort, celui qui en consommait la chair avec le sang n'était pas mis à mort mais était simplement considéré impur jusqu'au soir, car il avait touché un corps mort (Lévitique 11:39, 40). Notez que ce commandement ne s'appliquait pas uniquement au résident étranger mais à tout le monde, Israëlite ou non. Un Israëlite pouvait donc tout à fait consommer le sang d'un animal déjà mort de manière "naturelle" sans commettre de péché (voir aussi Exode 21:33-36).

La loi mosaïque a été abolie à la mort de Jésus (Romains 10:4). Etant donné que cette loi ne s'applique pas aux chrétiens, il en va de même pour les commandements relatifs au sang qu'elle contient. La mort de Christ a mis un terme à l'approche légaliste de la vie dictée par la Loi. Sa déclaration selon laquelle les chrétiens ne sont pas souillés par ce qu'ils mangent concernait donc toutes les choses interdites par la Loi telles que le porc, les huîtres, et le sang...

Là-dessus, il appela à lui la foule, et il leur dit : “ Écoutez et saisissez-en le sens : Ce n’est pas ce qui entre dans la bouche qui souille l’homme ; mais c’est ce qui sort de la bouche qui souille l’homme. ” - Matthieu 15:10, 11
Il n’y a rien [de ce qui vient] de l’extérieur de l’homme, [et] qui pénètre en lui, qui puisse le souiller ; mais les choses qui sortent de l’homme, ce sont celles qui souillent l’homme. ” - Marc 7:15

David

Dans les récits concernant David nous retrouvons la confirmation que les commandements relatifs au sang concernaient le rituel de la mise à mort des animaux pour la consommation humaine :

David dit encore à Saül : “ Ton serviteur est devenu berger de son père parmi le petit bétail ; un lion est survenu, et aussi un ours, et [chacun] a emporté un mouton du troupeau. Je suis sorti derrière lui, je l’ai abattu et j’ai arraché [la victime] de sa gueule. Quand il s’est dressé contre moi, je l’ai saisi par sa barbe, je l’ai abattu et je l’ai mis à mort. Ton serviteur a abattu et le lion et l’ours ; et ce Philistin incirconcis devra devenir comme l’un d’eux, car il a provoqué les lignes de bataille du Dieu vivant. ” - 1 Samuel 17:34-36

Dans ce texte, David n'a de toute évidence pas eu à saigner les lions et les ours qu'il tuait pour protéger son troupeau. 

Considérons également ce passage :

Et trois d’entre les trente chefs descendirent alors et vinrent, à [l’époque de la] moisson, vers David, à la grotte d’Adoullam ; et un douar des Philistins campait dans la basse plaine des Rephaïm. David était alors dans le lieu d’accès difficile ; et un avant-poste des Philistins était alors à Bethléhem. Au bout d’un certain temps, David exprima son envie et dit : “ Ah ! que je boive de l’eau de la citerne de Bethléhem, qui est près de la porte ! ” Alors les trois hommes forts pénétrèrent de force dans le camp des Philistins et puisèrent de l’eau à la citerne de Bethléhem, qui est près de la porte, puis ils la transportèrent et vinrent l’apporter à David ; il ne consentit pas à la boire, mais il la versa pour Jéhovah. Et il dit : “ Il est impensable pour moi, ô Jéhovah, de faire cela ! [Vais-je boire] le sang des hommes qui vont au péril de leur âme ? ” Et il ne consentit pas à la boire. - 2 Samuel 23:13-16

Le parallèle que David fait entre l'eau rapportée par les hommes forts au péril de leur vie et le sang de ces hommes montre bien que ce qui est important pour Jéhovah n'est pas justement le sang à proprement parler mais la vie de ces hommes, symbolisée dans ce cas par de l'eau. C'est pour cela, par respect pour la vie, que David "la versa pour Jéhovah", de la même manière qu'il devait être fait pour le sang lors de la mise à mort d'un animal pour le consommer.

Ainsi on comprend bien par ce récit que ce qui est important au yeux de Dieu n'est pas simplement le liquide rouge que nous appelons "sang" et son usage mais c'est ce qui est représenté par ce liquide, à savoir la vie. Cette vie qui, dans le cas de David, pouvait être symbolisée par de l'eau toute simple. Or dans le cas d'une transfusion sanguine permettant de préserver sa vie ou celle de son enfant, le Témoin de Jéhovah préférera mettre fin à la vie, si sacrée au yeux de Dieu, au nom d'un commandement d'homme qui ne reflète pas la réalité biblique. Quel paradoxe !

Jésus

Dans le même esprit que David, Jésus a montré aux Juifs de son époque que la préservation de la vie doit passer par dessus tous les autres commandements. 

Il leur dit : “ Quel est parmi vous l’homme qui a une seule brebis et qui, si celle-ci tombe, le sabbat, dans une fosse, n’ira pas la saisir et la sortir [de là] ?  - Matthieu 12:11
Puis il leur dit : “ Est-il permis, le sabbat, de faire une bonne action ou de faire une mauvaise action, de sauver une âme ou de la tuer ? ” Mais ils gardaient le silence. Et après les avoir regardés à la ronde avec indignation, profondément affligé de l’insensibilité de leur cœur, il dit à l’homme : “ Tends ta main. ” Et il la tendit, et sa main fut rétablie. - Marc 3:4, 5 (voir aussi Luc 6:7-10)

Dans ces cas Jésus faisait appel au principe rabbinique "pikuach nefesh" selon lequel la préservation de la vie surpassait toutes les autres lois. Les Pharisiens de l'époque connaissaient bien ce principe et c'est pourquoi ils restaient silencieux lorsque Jésus accomplissait ces miracles. Les Juifs d'aujourd'hui suivent d'ailleurs toujours ce principe. En le reprenant pour lui-même, Jésus a montré que tous les chrétiens doivent, eux aussi, mettre un point d'honneur à préserver et entretenir la vie coûte que coûte car elle est sacrée aux yeux de Dieu.

Malheureusement, de nombreux Témoins de Jéhovah ne tiennent aucun compte de ce principe et préféreront sacrifier une vie pour préserver ce qu'ils croient en être le symbole.

Les premiers chrétiens

Nous l'avons vu, Jésus a montré à ses contemporains Juifs que préserver la vie était toujours plus important que l'adhérence stricte à la loi mosaïque. Dans cette Loi, la raison d'être des commandements relatifs au sang était de montrer la nécessité du sacrifice rédempteur de Jésus. C'est pour cela que cette loi a cessé de s'appliquer lorsque Jésus est mort pour l'humanité.

Il a bien voulu nous pardonner toutes nos fautes et a effacé le document manuscrit qui était contre nous, [document] qui consistait en décrets et qui était en opposition avec nous ; et Il l’a fait disparaître en le clouant au poteau de supplice. - Colossiens 2:13b, 14

Il est donc complètement inapproprié que les Témoins de Jéhovah, qui se disent chrétiens, utilisent encore la loi mosaïque pour tenter de justifier leur doctrine sur le sang :

Un chirurgien demandera parfois à son patient de faire mettre de côté un peu de son sang quelques semaines avant une opération, afin de pouvoir le lui transfuser en cas de besoin (transfusion autologue différée, ou TAD). Pareille collecte, mise en réserve et transfusion de sang va directement à l’encontre des instructions énoncées dans le Lévitique et le Deutéronome. Le sang ne doit pas être conservé ; il doit être versé, en quelque sorte rendu à Dieu. Certes, la Loi mosaïque n’est plus en vigueur, mais les Témoins de Jéhovah respectent les principes divins qu’elle renferme, et ils sont déterminés à ‘ s’abstenir du sang ’. Voilà pourquoi ils ne donnent pas ce sang qui devrait être ‘ versé ’ ni ne le mettent en réserve en prévision d’une transfusion. Ces pratiques s’opposent à la loi de Dieu. - La Tour de Garde du 15/10/2000 page 31

En utilisant la loi mosaïque pour contraindre ses fidèles à suivre ses propres règles, la Watchtower sape complètement la valeur du sang que le Christ a versé lors de son sacrifice. Paul a, à de multiples reprises, avertit ceux qui voulaient appliquer la Loi parmi les chrétiens :

Mais leurs facultés mentales se sont émoussées. Car jusqu’à ce jour ce même voile demeure, à la lecture de l’ancienne alliance, sans être levé, parce qu’il est aboli par le moyen de Christ. Oui, jusqu’à ce jour, chaque fois qu’on lit Moïse, un voile se trouve sur leur cœur. - 2 Corinthiens 3:14, 15

Actes 15 : "s'abstenir du sang"

Nous arrivons maintenant au verset-clé utilisé par les Témoins de Jéhovah pour refuser tout usage du sang :

Car l’esprit saint et nous-mêmes avons jugé bon de ne pas vous ajouter d’autre fardeau, si ce n’est ces choses-ci qui sont nécessaires : vous abstenir des choses qui ont été sacrifiées aux idoles, et du sang, et de ce qui est étouffé, et de la fornication. Si vous vous gardez soigneusement de ces choses, vous prospérerez. Portez-vous bien ! ” - Actes 15:28, 29

A première vue, on pourrait penser que Paul rétablit ici la loi mosaïque pour les chrétiens en ce qui concerne, entre autres, la consommation de sang. Mais qu'en est-il réellement ?

Actes 15:29 ne peut pas s'appliquer aux transfusions sanguines si l'on tient compte du contexte religieux et historique de ce passage. Ce n'est pas ainsi que le comprennent les autres religions chrétiennes et ce n'est pas ainsi que le comprenait le pasteur Russell, fondateur des Témoins de Jéhovah (L'Age d'or du 29/07/1925 page 683 (anglais), L'Age d'or du 01/05/1929 page 502 (anglais), Consolation du 25/12/1940 page 19 (anglais)).

Comme nous l'avons déjà montré, la loi donnée à Noé concernant le sang n'en interdisait pas la consommation de manière absolue mais avait pour but d'imposer le respect de la vie qui appartient à Dieu lors de la mise à mort d'un animal. Or, tout le monde sait qu'une transfusion sanguine n'implique pas la mise à mort d'un être vivant.

En fait, la situation qu'ont affronté les apôtres et les anciens en Actes 15 était spécifique à cette époque. Les chrétiens Juifs avaient beaucoup de mal à s'entendre avec les chrétiens d'origine païenne, notamment par rapport à la circoncision. Paul, apôtre des nations, convertissait nombre de Gentils et leur enseignait qu'il n'étaient en aucun cas obligés de suivre la loi mosaïque. Mais les chrétiens Juifs, qui pour beaucoup continuaient d'appliquer la Loi, se sentaient de ce fait supérieurs à leurs congénères Gentils.

C'est donc dans ce contexte très précis que les apôtres et les anciens se réunirent et en sont venus à la conclusion que, bien que l'observation de la loi mosaïque ne soit plus nécessaire, les "croyants d'entre les nations" devaient respecter certaines prescriptions de cette Loi :

Quant aux croyants d’entre les nations, nous avons pris notre décision et nous [l’]avons envoyée : ils doivent se garder de ce qui est sacrifié aux idoles ainsi que du sang, et de ce qui est étouffé, et de la fornication. ” - Actes 21:25

La précision "croyants d'entre les nations" prouve à elle seule que cette décision ne devait s'appliquer que dans le contexte de la congrégation chrétienne de l'époque. Notez qu'il ne s'agit pas d'une liste exhaustive de tout ce qui interdit pour un chrétien. Il n'est pas fait mention du meurtre par exemple. Le but était avant tout de préserver la paix et la sérénité au sein des congrégations composées d'ex-Juifs et d'ex-païens.

C'est de cette manière que la plupart des chrétiens le comprennent aujourd'hui et c'est aussi de cette manière que les Etudiants de la Bible le comprenaient à l'époque de Russell (La Tour de Garde du 15/04/1909 pages 116, 116).

Avant de les énoncer, Jacques explique pourquoi les quatre choses mentionnées en Actes 15:29 ont été spécifiquement choisies :

Ma décision est donc de ne pas inquiéter ceux des nations qui se tournent vers Dieu, mais de leur écrire de s’abstenir des choses qui ont été souillées par les idoles, et de la fornication, et de ce qui est étouffé, et du sang. Car, depuis les temps anciens, Moïse a dans une ville après l’autre des gens qui le prêchent, parce qu’on le lit à haute voix dans les synagogues chaque sabbat. ” - Actes 15:19-21

On retrouve ici clairement la distinction entre "ceux des nations" et les ex-Juifs. La Loi de Moïse était lue dans les synagogues chaque sabbat. Cette loi comprenait notamment le passage de Lévitique 17:1 à 18:27. Ce passage contient exactement les mêmes choses, listées dans le même ordre que celles d'Actes 21:25. C'étaient donc là des règles obligatoires à suivre pour les Israëlites et tout étranger vivant sur le sol de l'ancien Israël. Voila pourquoi ces quatre choses signifiaient beaucoup pour les chrétiens d'origine juive et c'est pourquoi, dans ce contexte délicat, les apôtres ont jugé bon de les préserver pour éviter les incidents entre les chrétiens d'origine juive et les chrétiens d'origine gentile dans les congrégations de Judée.

Paul a plus tard déclaré qu'il n'y avait en soi rien de mal à consommer de la viande sacrifiée aux idoles et explique que cette interdiction était avant tout destinée à ne pas faire trébucher d'autres chrétiens qui auraient une conscience plus faible. 

Or, pour ce qui est de manger des aliments offerts aux idoles, nous savons qu’une idole n’est rien dans le monde et qu’il n’y a de Dieu qu’un seul. Car, bien qu’il y ait ceux qu’on appelle “ dieux ”, soit au ciel, soit sur la terre, tout comme il y a beaucoup de “ dieux ” et beaucoup de “ seigneurs ”, pour nous il y a réellement un seul Dieu le Père, de qui toutes choses sont, et nous pour lui ; et il y a un seul Seigneur, Jésus Christ, par l’intermédiaire de qui toutes choses sont, et nous par son intermédiaire. Toutefois, cette connaissance n’est pas en tous ; mais quelques-uns, habitués jusqu’à maintenant à l’idole, mangent un aliment comme quelque chose qui a été sacrifié à une idole, et leur conscience, qui est faible, est souillée. Mais un aliment ne nous recommandera pas à Dieu ; si nous ne mangeons pas, nous ne manquons de rien, et si nous mangeons, nous n’avons aucun mérite. Mais prenez toujours garde que ce droit que vous avez ne devienne d’une manière ou d’une autre pour ceux qui sont faibles un obstacle qui fait trébucher. Car si quelqu’un te voit, toi qui as de la connaissance, étendu devant un repas dans le temple d’une idole, est-ce que la conscience de celui-là qui est faible ne sera pas bâtie au point de manger des aliments offerts aux idoles ? Ainsi, par ta connaissance, l’homme qui est faible est en train de se perdre, [ton] frère pour qui Christ est mort. Mais lorsque vous péchez de cette façon contre vos frères et que vous blessez leur conscience qui est faible, vous péchez contre Christ. C’est pourquoi, si un aliment fait trébucher mon frère, non, jamais plus je ne mangerai de viande, pour ne pas faire trébucher mon frère. - 1 Corinthiens 8:4-13
Tout ce qui se vend au marché de la viande, continuez à le manger, sans poser de question à cause de [votre] conscience ; car “ à Jéhovah appartient la terre et ce qui la remplit ”. Si quelqu’un des non-croyants vous invite et que vous vouliez y aller, mangez tout ce qu’on placera devant vous, sans poser de question à cause de [votre] conscience. Mais si quelqu’un vous dit : “ Voici quelque chose qui a été offert en sacrifice ”, n’en mangez pas, à cause de celui qui l’a signalé et à cause de la conscience. “ La conscience ”, dis-je, non la tienne, mais celle de l’autre. Car pourquoi ma liberté serait-elle jugée par la conscience d’un autre ? Si je prends ma part en rendant grâces, pourquoi parlerait-on de moi en mal pour ce dont je rends grâces ? Soit donc que vous mangiez, soit que vous buviez, soit que vous fassiez quelque autre chose, faites tout pour la gloire de Dieu. Gardez-vous de devenir des occasions de trébucher pour les Juifs ainsi que pour les Grecs et pour la congrégation de Dieu, tout comme moi je plais à tous en toutes choses, ne cherchant pas mon propre avantage, mais celui du grand nombre, afin qu’ils soient sauvés. - 1 Corinthiens 10:25-33

Ainsi, même si le décret en Actes 15 dit de s'abstenir des choses sacrifiées aux idoles, Paul montre clairement qu'il n'y a rien de mal avec cette pratique. Il dit que ce qui est mal c'est de faire "trébucher" un frère dont la conscience serait plus faible (le cas des chrétiens d'origine juive manifestement). Le même principe s'applique pour le sang. Actes 15 comprenait les choses sacrifiées aux idoles, le sang et les animaux étouffés car cela pouvait faire trébucher les frères d'origine juive dans les congrégations "mixtes" à cause de leur Loi qui était lue chaque sabbat dans les synagogues, pas parce que ces choses étaient des offenses à Dieu. C'est dans le même esprit que Paul fit circoncire Timothée alors que rien ne l'y obligeait (Actes 16:1-3).

Ce "problème" a ensuite perdu en intensité au cours du temps, notamment après la destruction du Temple en 70, et n'a plus lieu d'être à notre époque.

S'abstenir du sang n'est jamais mentionné dans un autre contexte que celui-ci dans le Nouveau Testament. Ce n'est pas non plus signalé comme étant une raison d'exclure un frère ou une soeur de la congrégation chrétienne (contrairement à la fornication par exemple). Paul ne parle pas de la consommation de sang en 1 Corinthiens 5 comme une raison de ne plus "fréquenter" un membre de la congrégation. En Révélation 21:8, Galates 5 et 1 Corinthiens 6 la consommation de sang n'est pas mentionnée comme étant une raison de ne pas "hériter du Royaume de Dieu". Si s'abstenir du sang était toujours une exigence de Dieu pour tous les chrétiens il serait mentionné dans ces passages au même titre que la fornication, le meurtre ou l'idolâtrie, choses qui sont régulièrement et clairement condamnées dans le Nouveau Testament.

Conclusion

En guise de conclusion relisons la Tour de Garde citée au début de cet article :

Peut-être savez-vous que les Témoins de Jéhovah n’acceptent pas les transfusions sanguines. Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi ? (...) Leur position se fonde sur une loi fondamentale que Dieu a prescrite aux humains. Juste après le déluge, Dieu a donné à Noé et à sa famille la permission de manger de la chair animale. Il leur a imposé cette seule restriction : ne pas manger de sang (Genèse 9:3, 4). Les humains de toutes races étant des descendants de Noé, cette loi s’applique à tous. Elle n’a jamais été abrogée. Plus de huit siècles plus tard, Dieu a réaffirmé la validité de cette loi à la nation d’Israël, expliquant que le sang est sacré, qu’il représente l’âme, c’est-à-dire la vie elle-même (Lévitique 17:14). Plus de 1 500 ans après, les apôtres ont ordonné à tous les chrétiens de ‘ s’abstenir du sang ’. — Actes 15:29. - La Tour de Garde du 01/10/2008, encadré page 31

Nous avons donc vu que ce raisonnement n'est pas bon car :

  • La loi donnée à Noé ne concerne pas la consommation de sang en tant que tel mais le respect dû à la vie lors de la mise à mort d'un animal pour en manger la chair.
  • La loi mosaïque n'a plus lieu d'être pour les chrétiens. La maintenir reviendrait à ignorer le sacrifice de Jésus qui a aboli cette Loi. Dans tous les cas la Loi mettait l'accent sur le respect dû au caractère sacré de la vie animale prise par un humain et n'interdisait pas en soi la consommation de sang (cf. les animaux morts).
  • L'ordre des apôtres en Actes 15 répondait à une problématique précise, concernait une situation précise à une époque précise. Cet ordre n'est d'ailleurs repris nulle part dans le reste du Nouveau Testament.
  • Jésus a indiqué par ses actions que la préservation de la vie devait toujours être une priorité, même si une loi (la Loi des Juifs à l'époque) devait être enfreinte.
  • Aucune de ces lois ne peut s'appliquer aux transfusions sanguines car il n'y a ni ingestion ni mise à mort d'un être vivant dans ce cas.

Nous avons donc démontré que les affirmations faites par Témoins de Jéhovah pour soutenir leur doctrine sur le sang ne sont pas crédibles lorsqu'on les analyse à la lumière de la Bible.

Versets à méditer

Ne vous laissez pas emporter par des enseignements divers et étrangers ; car c’est une excellente chose que le cœur soit affermi par la faveur imméritée, non par des aliments, dont n’ont tiré aucun profit ceux qui s’y attachent. - Hébreux 13:9
ne faisant pas attention à des fables juives et à des commandements d’hommes qui se détournent de la vérité. Toutes choses sont pures pour les purs. Mais pour les [gens] souillés et sans foi rien n’est pur ; au contraire, leur intelligence comme leur conscience sont souillées. - Tite 1:14
Si vous êtes morts ensemble avec Christ aux choses élémentaires du monde, pourquoi, comme si vous viviez dans le monde, vous soumettez-vous encore à ces décrets : “ Ne prends pas, ne goûte pas, ne touche pas ”, à propos de choses qui, du fait qu’on les consomme, sont toutes destinées à la destruction — selon les commandements et les enseignements des hommes ? - Colossiens 2:20, 21

Commentaires  

+2 #1 thomas L 06-10-2015 22:19
Analyse intéressante.
Il faut continuer de peser le pour et le contre médicalement parlant.
l'argumentations purement médical des tj est très bien faite, et à quand même fait avancer la science.
Signaler à l’administrateur
+1 #2 Segala 25-07-2016 09:21
bonjour monsieur,
Je suis un Témoin satisfait de ma foi dans les grandes lignes( prédication du royaume, royaume seul capable d'apporter le bonheur à l'humanité, nom du Créateur( même si l'on ne sait pas avec exactitude sa prononciation!), souci de ne pas blesser l'autre (ce qui n'empêche pas par moments une rigueur imbécile,esclave qui essaye d'être "fidèle et avisé"mais n'y arrive pas toujours et qui est tellement dans la crainte de perdre des brebis qu'il frise parfois la malhonnêté intellectuelle)

Je suis sûr pourtant d'être dans la connaissance exacte et certain que cet esclave parfois bancal veut faire de son mieux
pour veiller à ce que Jéhovah soit content de lui .

Le seul vrai problème que j'ai est son attitude au sujet des transfusions.
Déjà, je ne connais aucune loi, précepte, commandement de Dieu qui demanderait de la part des hommes un tel effort de compréhension. La base de Noé est simple et je suis d'accord avec vous , il s'agit de toute évidence de respect de la vie.
Le collège central est en train de compliquer les choses en voulant suivre la science; ce qui amène aux notions discutables de fractions mineures et majeures , science qui le met dans la difficulté face aux passages naturels
d'eléments sanguins entre mère et foetus, hésitation entre accepter ou refuser les transplantations d'organes qui dans beaucoup de cas contiennent d'importants éléments sanguins!

Je prie pour que Jéhovah aide l'esclave a voir plus clair , en me doutant très bien que cet esclave craint le coût financier que cela pourrait avoir

Dans tous les cas , merci pour cet article

Et que Dieu ,l'Eternel,Yahveh, Yéhovah,Jéhovah veille sur nous tous , qu'il continue à nous guider vers lui, à nous encourager dans notre faculté à aimer non seulement notre famille dans la foi mais toute cette humanité

Prenez soin de vous

Viernon
Signaler à l’administrateur
0 #3 DANIEL 25-07-2016 10:14
A Segala : Je me suis trouvé un certain temps dans ta situation, mais quand j'ai fait le cumul des erreurs du C Central (Escl fidèle et avisé), constaté le double discours sur l'excommunication ainsi que son caractère ihumain, la mauvaise gestion de la pédophilie j'ai compris qu'il y avait une "grosse erreur de casting". Les TJ ne peuvent pas être le peuple de Dieu. Mais c'est vrai qu'on a du mal à l'admettre !
A propos du sang : si le sang était encore considéré comme sacré : on pourrait encore faire des sacrifices avec ! D'autre part, les étrangers en Israël pouvaient acheter des animaux déjà morts et donc non saignés, ce qui démontre que la loi donnée à Noé n'était plus universelle. Enfin, les TJ citent toujours Actes 15:29 mais rarement le verset 21 qui dit : " Car depuis les temps anciens, Moïse....."
Je crois que quand on accepte de réfléchir sur les TJ, il ne faut pas avoir peur de tout reprendre à Zéro. Comme dit Prov 2:10,11 : "La capacité de réflexion te sauvegardera"
Signaler à l’administrateur

Veuillez vous connecter au site (en haut à droite) pour pouvoir poster des commentaires. Merci !

Citation biblique

"Vérifiez toutes choses ; tenez ferme ce qui est excellent."
1 Thessaloniciens 5:21

Connexion

Bienvenue sur jw-verite.org ! Connectez-vous pour pouvoir poster des commentaires et accéder à des contenus exclusifs.

Découvrez la brochure "C'est le don de Dieu"

Découvrez la brochure "Vérifiez toutes choses"

Ce qu'il faut savoir sur les Témoins de Jéhovah - jw.org

logo JW.org

Les Témoins de Jéhovah (jw.org) forment un mouvement pré-millénariste se réclamant du christianisme des origines. Ils sont issus d'un groupe né aux États-Unis dans les années 1870, connu sous le nom d'Étudiants de la Bible. Cette religion est dérivée de l'Adventisme, lui-même issu du protestantisme

Voici quelques unes de leurs doctrines spécifiques...

Lire la suite ici :

Ce qu'il faut savoir sur les Témoins de Jéhovah - jw.org

Liens Web

Outils d'étude

Derniers commentaires

  • Les Témoins de Jéhovah et les "bonnes oeuvres"

    Belzo il y a 2 jours
    pour le siège international de la WT, les bonnes œuvres ça passe souvent par l’incitation à faire des ...

    Lire la suite...

     
  • Pédophilie : amende de 4000$/jour confirmée pour l'organisation "récalcitrante"

    Serge il y a 1 semaine
    Amis témoins, ex-témoins ou non témoins, Sur cette question de la « règle des deux ou trois témoins » ...

    Lire la suite...

     
  • Pédophilie : amende de 4000$/jour confirmée pour l'organisation "récalcitrante"

    Fort il y a 1 semaine
    Merci BELZO pour ton témoignage je partage ton sentiment c'est effectivement l'amour pour Dieu et ...

    Lire la suite...

     
  • Pédophilie : amende de 4000$/jour confirmée pour l'organisation "récalcitrante"

    Eugene il y a 1 semaine
    Bonjour Voici la règle des deux témoins hé oui un violeur n'appelle jamais personne pour tenir la ...

    Lire la suite...

     
  • Pédophilie : amende de 4000$/jour confirmée pour l'organisation "récalcitrante"

    Nicodème il y a 1 semaine
    Dans le même esprit que l'article de Malka sur le piège de la radicalisation et le fait que le ...

    Lire la suite...