Dans la vidéo de novembre 2017 du JW Broadcasting, une partie du programme est consacrée à la réponse de l'organisation face à la remise en cause de sa "règle des deux témoins", règle régulièrement pointée du doigt par les media et les tribunaux dans le cas des affaires de pédophilie.

Voici l'extrait dont il est question :

La vidéo complète est visible sur le site officiel à cette adresse : https://tv.jw.org/#fr/mediaitems/WebHomeSlider/pub-jwb_201711_1_VIDEO (la partie qui nous intéresse se situe vers la fin).

Passons la litanie habituelle sur les méchants apostats menteurs et allons à l'essentiel du raisonnement développé dans cet extrait. Nous pouvons le résumer ainsi  :

  • La règle des deux témoins est édictée dans l'Ancien Testament (Deutéronome 19:15) 
  • Cette règle est reprise par Jésus dans le Nouveau Testament (Matthieu 18:16)
  • Conclusion : "Notre position fondée sur les Écritures ne changera jamais".

Il y a toutefois de grosses failles dans ce raisonnement soit-disant biblique. Commençons par relire Matthieu 18:15, 16 : 

Et si ton frère pèche [contre toi], va, reprends-le seul à seul. S'il t'écoute, tu as gagné ton frère. Mais s'il ne t'écoute pas, prends avec toi encore une ou deux personnes, afin que par la bouche de deux ou de trois témoins toute affaire soit établie. Et s'il refuse de les écouter, dis-le à l'assemblée ; et s'il refuse aussi d'écouter l'assemblée, qu'il te soit comme un homme des nations et comme un publicain. - Matthieu 18:15, 16 (Darby)

Premièrement, ce texte s'adresse aux "frères", c'est-à-dire à des croyants adultes. Un enfant non baptisé agressé par un Témoin de Jéhovah baptisé ne peut être concerné. Deuxièmement, quand bien même ce texte s'appliquerait aux mineurs non baptisés, qui peut sérieusement imaginer un enfant aller voir son agresseur pour le "reprendre", le corriger ? Il faut vraiment être dépourvu de toute compassion pour imaginer une telle chose. On ne peut imaginer un seul instant que Jésus pensait à ce genre de "péché" lorsqu'il a prononcé ces paroles. On pourrait rétorquer que dans ce cas ce sont les parents qui entreprennent la démarche, soit. Mais, toujours selon ce texte, si l'agresseur n'écoute pas il faut aller le voir avec deux ou trois témoins. Et c'est ici que les choses se compliquent : un pédophile agit-il devant témoins ? Bien évidemment non. Dans ce cas, selon les règles de l'organisation, les anciens ne pourront rien faire et l'affaire ira aux oubliettes avec les conséquences dramatiques que cela va engendrer (voir livre des anciens page 71).

Le fait est que LE VIOL D'ENFANTS N'EST PAS SEULEMENT UN PÉCHÉ, C'EST AUSSI UN CRIME ! C'est cela que l'organisation refuse d'admettre et c'est pour cela que la réponse qu'elle apporte à ces affaires est totalement hors de propos. Dès qu'il s'agit de pédophilie, si il n'y a pas de confession ni au moins deux témoins, les anciens n'ont aucune liberté d'agir selon leur conscience, tout devient très cadré dans les moindres détails : selon les dernières directives les anciens doivent simplement informer la victime qu'elle a le droit de rapporter les faits aux autorités, ni plus, ni moins (voir la dernière lettre aux anciens à ce sujet). Ceci sans compter que chez les Témoins de Jéhovah, porter plainte contre un autre Témoin de Jéhovah peut devenir très problématique puisque l'organisation décourage les procès entre frères et soeurs pour "préserver la réputation et la pureté de l'organisation". De plus un enfant n'est pas capable de porter plainte tout seul, tandis que la réaction des parents peut être étouffée par un doute sur la véracité du récit de l'enfant et/ou des liens de parenté ou d'amitiés forts avec l'agresseur présumé. C'est pourquoi, dans l'intérêt supérieur de l'enfant, la dénonciation aux autorités par les anciens devrait être systématique. A titre d'exemple, c'est le cas dans l'Education Nationale :

L'article 40 du Code de procédure pénale fait obligation à toute autorité publique ou à tout fonctionnaire qui, dans l'exercice de ses fonctions, acquiert la connaissance d'un crime ou d'un délit, d'en aviser « sans délai » le procureur de la République auquel doivent être transmis tous les renseignements, procès-verbaux ou actes qui y sont relatifs. - Education Nationale, Circulaires sur les violences sexuelles N° 97-175 du 26 août 1997, Circulaire N°2001-044 du 15 mars 2001 §III.2 (c'est moi qui souligne)

Pourquoi une telle directive semble-t-elle si difficile à mettre en place chez les Témoins de Jéhovah ?

Pour conclure cette partie, les paroles de Jésus peuvent certainement s'appliquer à beaucoup de péchés mais certainement pas aux péchés mettant en cause l'intégrité physique ou morale d'une tierce personne, en un mot il s'agit de ce que la loi appelle CRIMES. On ne peut imaginer un instant Jésus appliquer cette "règle des deux témoins" de la même manière que le font les Témoins de Jéhovah. C'est ce même Jésus qui, bien que Juif, critiquait sans cesse les Pharisiens pour leur application excessive et dépourvue de compassion de la Loi, Loi qu'il a lui-même "annulée en la clouant sur la croix" (Colossiens 2:14). Les Témoins de Jéhovah, par leur absence manifeste de compassion, ressemblent davantage aux Pharisiens qu'à Jésus-Christ, lui qui n'aurait pas hésité à transgresser la Loi du sabbat pour sauver un boeuf tombé au fond d'un puits (Luc 14:5).

L'ouverture biblique balayée par le collège central

La Bible laisse pourtant une ouverture pour équilibrer cette règle des deux témoins. Cette ouverture a même été soumise par l'avocat principal Angus Steward à Geoffrey Jackson lors de son audition devant la Commission Royale Australienne en 2015. Le raisonnement se base sur le texte de Deutéronome 22:23-37 dans lequel un homme est condamné à mort alors qu'il n'y a aucun témoin de son acte :

Si une jeune fille vierge est fiancée à un homme, et qu'un homme la trouve dans la ville et couche avec elle, vous les ferez sortir tous les deux à la porte de cette ville, et vous les lapiderez avec des pierres, et ils mourront, la jeune fille, parce que, étant dans la ville, elle n'a pas crié, et l'homme, parce qu'il a humilié la femme de son prochain ; et tu ôteras le mal du milieu de toi. Et si c'est dans les champs que l'homme a trouvé la jeune fille fiancée, et que, lui faisant violence, il couche avec elle, alors l'homme qui aura couché avec elle mourra, lui seul. Mais tu ne feras rien à la jeune fille ; il n'y a pas de péché digne de mort sur la jeune fille ; car c'est comme si un homme s'élevait contre son prochain et le tuait ; ainsi est ce cas ; car il l'a trouvée dans les champs, la jeune fille fiancée a crié et il n'y a eu personne pour la sauver. - Deutéronome 22:23-27 (Darby)

Voici l'extrait du compte-rendu de l'audition de Geoffrey Jackson que j'avais écrit à l'époque :

 

Début de citation

Steward enchaîne avec le sujet de la "règle des deux témoins" (1h39) qui veut qu'en l'absence de confession deux témoins soient obligatoires pour établir la réalité d'un mauvais agissement conduisant à un comité judiciaire. Il demande à Jackson les références bibliques à ce sujet. Ce à quoi Jackson répond volontiers en citant Matthieu 18:16 ("pour que sur le dire de deux ou trois témoins toute affaire soit établie") mais il nuance en rappelant que ce n'est pas parce qu'il n'y a qu'un seul témoin que le "suspect" est totalement blanchi. Lorsque Steward demande des précisions sur ce point Jackson répond que le témoignage des enfants est pris très au sérieux et que dans ce cas les anciens prendront des mesures de protection à son égard. "Est-ce que c'est ce que les anciens du monde entier sont censés faire ?" "Ils le devraient car les principes chrétiens indiquent que si ils se rendent compte qu'un enfant est dans une situation dangereuse une action devrait être décidée".

Steward revient ensuite sur le texte de Matthieu et montre que Jésus reprend ici une loi mosaïque que l'on retrouve en Deutéronome 19:15 (1h43). "Pourquoi appliquer cette règle aux agressions sexuelles quand manifestement dans la Bible ce n'est pas le cas ?". Jackson répond qu'il s'agit d'un principe et que la congrégation chrétienne impose une pureté en son sein. Steward demande ensuite à prendre Deutéronome 22:23-27 (un homme qui couche avec une vierge fiancée, les deux lapidés si la fille n'a pas crié...). Il signale à Jackson que dans ce cas deux témoins ne sont pas requis pour juger de la culpabilité de ces personnes. Jackson est mis en difficulté et déclare maintenant que la règle des deux témoins dépend des circonstances. Steward insiste en demandant si Jésus, dans le cas d'une agression sexuelle n'aurait pas pu faire référence à cette loi ? Jackson avoue qu'il n'a pas de réponse à cette question. "Y a-t-il une base biblique à maintenir de manière rigide la règle des deux témoins ou le collège central peut-il reconnaître qu'il y a de la place pour un aménagement dans le cas des agressions sexuelles ?" (1h49) Jackson affirme vaguement que les circonstances peuvent parfois faire office de second témoin. Steward insiste et Jackson répond que cette règle est bibliquement fondée dans le cas des agressions sexuelles. Steward met ensuite en évidence le fait que dans le cas d'un adultère il n'y a pas forcément besoin de deux témoins de l'acte en lui-même pour établir le péché (référence au livre des anciens page 61 §11) mais que les circonstances (un homme et une femme passant la nuit seuls ensemble) peuvent faire office de preuve. "Cela ne pourrait-il pas être appliqué dans le cas des abus sexuels sur enfants ?". "C'est une chose que l'on aurait besoin de considérer attentivement", répond Jackson. Steward insiste pour que la règle des deux témoins en cas de pédophilie ne soit pas restreinte aux témoins de l'acte en lui-même mais que les circonstances soient prises en compte pour appuyer le témoignage. Par exemple le traumatisme évident de la victime devrait être considéré comme une preuve. Jackson acquiesce et montre sa volonté de coopérer avec la Commission sur ce point.

"Y a-t-il une base biblique à maintenir de manière rigide la règle des deux témoins ou le collège central peut-il reconnaître qu'il y a de la place pour un aménagement dans le cas des agressions sexuelles ? (...)"
Jackson : "C'est une chose que l'on aurait besoin de considérer attentivement"

Fin de citation

 

Malgré la bonne volonté apparente de Geoffrey Jackson, nous constatons deux ans plus tard que rien n'a changé dans l'organisation. L'attitude de coopération de Geoffrey Jackson n'était que de la poudre aux yeux. Il s'agissait probablement d'une simple posture adoptée pour ne pas paraître trop rigide. Cela est bien dommage car prendre en compte cet argument biblique aurait permis à l'organisation de sortir la tête haute de cette controverse en trouvant un compromis idéal entre respect de la Bible et coopération avec la Commission. Au lieu de cela elle préfère s'obstiner et abandonner à leur triste sort les milliers de victimes d'actes ignobles au sein même des congrégations.


Commentaires  

+4 #1 Agour 09-11-2017 16:23
se justifier de revenir sur la règle des 2 témoins par ce que les apostats relayés par les médias du monde font pression et dénoncent la politique de la watchtower sur la négligence épouvantable et de sa dissimulation délibérés de la maltraitance des enfants est d'un aveuglement incroyable, un MENSONGE DÉLIBÉRÉ .
Signaler à l’administrateur
+4 #2 nicolas 09-11-2017 23:46
Je suis sous le choc! J'espérais vraiment une évolution sur cette question. Je pleure, c'est un sujet qui me concerne de beaucoup trop près. Je ne peux pas croire que des personnes se prétendant "frères du Christ" agissent ainsi! Jésus n'a pas hésité à violer la loi du sabbat pour faire une bonne action. Nul doute qu'il ne choisirait pas la règle des 2 témoins pour traiter ce genre d'affaires. C'est une question de bon sens.
Signaler à l’administrateur
+4 #3 nicolas 10-11-2017 08:05
De plus c'est une règle ou principe et pas une loi à proprement parler, donc pourquoi en faire une utilisation aussi littéral!!!
Signaler à l’administrateur
+5 #4 yasser salmi 10-11-2017 10:41
Bonjour à tous.
Je rejoins les analyses de tout un chacun ici mais il y a un détail particulièrement troublant dans l'une des réponses de M.Jackson -je cite-:

"Steward demande ensuite à prendre Deutéronome 22:23-27... Il signale à Jackson que dans ce cas deux témoins ne sont pas requis pour juger de la culpabilité... Steward insiste en demandant si Jésus, dans le cas d'une agression sexuelle n'aurait pas pu faire référence à cette loi ? Jackson avoue qu'il n'a pas de réponse à cette question..."

Comme aurait dit Desproges: étonnant non?

Jackson est quand-même sensé faire parti d'un "esclave "avisé""... Tout plein de discernement et, au minimum avec une excellente capacité d'analyse biblique ( théoriquement supérieure à celles de tous ces théologiens de "babylone la grande")! Et que constate-t-on? Il est tout penaud, perdu devant une question qui ne requière qu'un peut de bon sen!... Il y a de quoi s'interroger sur le terme "avisé" de cet esclave...

Au fond, bien plus que le manque "bien réel" de compassion, c'est essentiellement un manque d'intelligence biblique qui caractérise les dirigeants de de la WTS depuis ses débuts.

Elle est comme le dit Jésus: des guides aveugles (Pas par accident malheureusement).
Signaler à l’administrateur
+4 #5 sara 11-11-2017 09:58
Bonjour

C'est gave, très grave... Monsieur Angus Steward appréciera, si il a visionné cette vidéo, d' être considéré comme apostat.

Je ne comprend pas la position de la WT.

Lorsque j'étais proclamatrice non baptisée, il m' a été dit, par mon beau-frère ancien, que l'organisation de Jéhovah est composée de gens imparfaits, que Jéhovah le sait, mais qu'il faut faire avec, car mêmes les apôtres n'étaient pas parfaits et, pour certains, avaient un passé lourd et qu'il faut apprendre à se supporter les uns et les autres. Mission impossible pour moi
Signaler à l’administrateur
+4 #6 bethel 12-11-2017 13:41
incompréhensible et choquant toutes ces histoires, si seulement les tj pouvaient se réveiller de ce sommeil et réagir, en sortant de là... par pitié, réveillez-vous sortez !!!
Signaler à l’administrateur

Veuillez vous connecter au site (en haut à droite) pour pouvoir poster des commentaires. Merci !

Citation biblique

"Ne croyez pas toute parole inspirée, mais éprouvez les paroles inspirées pour voir si elles viennent de Dieu, parce que beaucoup de faux prophètes sont sortis dans le monde."
1 Jean 4:1

Connexion

Bienvenue sur jw-verite.org ! Connectez-vous pour pouvoir poster des commentaires et accéder à des contenus exclusifs.

Derniers commentaires

  • Les Témoins de Jéhovah et les "bonnes oeuvres"

    Belzo Hier
    pour le siège international de la WT, les bonnes œuvres ça passe souvent par l’incitation à faire des ...

    Lire la suite...

     
  • Pédophilie : amende de 4000$/jour confirmée pour l'organisation "récalcitrante"

    Serge il y a 6 jours
    Amis témoins, ex-témoins ou non témoins, Sur cette question de la « règle des deux ou trois témoins » ...

    Lire la suite...

     
  • Pédophilie : amende de 4000$/jour confirmée pour l'organisation "récalcitrante"

    Fort il y a 1 semaine
    Merci BELZO pour ton témoignage je partage ton sentiment c'est effectivement l'amour pour Dieu et ...

    Lire la suite...

     
  • Pédophilie : amende de 4000$/jour confirmée pour l'organisation "récalcitrante"

    Eugene il y a 1 semaine
    Bonjour Voici la règle des deux témoins hé oui un violeur n'appelle jamais personne pour tenir la ...

    Lire la suite...

     
  • Pédophilie : amende de 4000$/jour confirmée pour l'organisation "récalcitrante"

    Nicodème il y a 1 semaine
    Dans le même esprit que l'article de Malka sur le piège de la radicalisation et le fait que le ...

    Lire la suite...